Repères
Albert CAMUS - Contre la pénitence perpétuelle

« Il me parait dégoûtant de battre sa coulpe, comme nos juges-pénitents sur la poitrine d’autrui, vain de condamner plusieurs siècles d’expansion européenne, absurde de comprendre dans la même malédiction Christophe Colomb et Lyautey. Le temps des colonialismes est fini, il faut le savoir seulement et en tirer les conséquences [..] Il est bon qu’une nation soit assez forte de tradition et d’honneur pour trouver le courage de dénoncer ses propres erreurs. Mais elle ne doit pas oublier les raisons qu’elle peut avoir encore de s’estimer elle-même. Il est dangereux en tout cas de lui demander de s’avouer seule coupable et de la vouer à une pénitence perpétuelle. […] C’est en fonction de l’avenir qu’il faut poser les problèmes, sans remâcher interminablement les fautes du passé. »

Albert CAMUS, Chroniques Algériennes, Gallimard 1958, Folio essais, 2002, p. 22-23.


[Haut de la page]     [Page précédente]