Repères
Hannah ARENDT - La disparition de la tradition n’implique pas l’oubli du passé

« La disparition indéniable de la tradition dans le monde moderne n’implique pas du tout un oubli du passé, car la tradition et le passé ne sont pas la même chose, contrairement à ce que voudraient nous faire croire ceux qui croient en la tradition d’un côté, et ceux qui croient au progrès de l’autre - et le fait que les premiers déplorent cette disparition, tandis que les derniers s’en félicitent, ne change rien à l’affaire. Avec la tradition, nous avons perdu notre solide fil conducteur dans les vastes domaines du passé, mais ce fil était aussi la chaîne qui liait chacune des générations successives à un aspect prédéterminé du passé. Il se pourrait qu’aujourd’hui seulement le passé s’ouvrît à nous avec une fraîcheur inattendue et nous dît des choses pour lesquelles personne encore n’a eu d’oreilles. Mais on ne peut nier que la disparition d’une tradition solidement ancrée (survenue, quant à la solidité, il y a plusieurs siècles) ait mis en péril toute la dimension du passé. Nous sommes en danger d’oubli et un tel oubli - abstraction faite des richesses qu’il pourrait nous faire perdre - signifierait humainement que nous nous priverions d’une dimension, la dimension de la profondeur de l’existence humaine. »

Hannah ARENDT, « La crise de la culture » in La crise de la culture, édition Gallimard, collection Folio essais, 1989 p. 124-125


[Haut de la page]     [Page précédente]