Regards sur l’actualité > Société et culture
Le soutien à Robert Redeker

Pourquoi je soutiens Robert Redeker ?

Par Mohamed Sifaoui [1]
21 novembre 2006

Article publié dans ReSPUBLICA numéro 488 [2]

Je suis mal à l’aise à chaque fois que je dois mettre en avant mes croyances personnelles. Mais le contexte national et international illustré, entre autres, par la désormais « affaire Redeker » me pousse à m’exprimer aussi en tant que musulman et croyant. Le citoyen que je suis a depuis longtemps fait savoir sa position à l’égard de l’intégrisme. En tant que journaliste et écrivain j’ai également fait connaître mon opinion à travers divers travaux.
Mais qu’en pense le musulman que je continue d’être ? La question mérite d’être posée.
Je peux être en total désaccord avec Robert Redeker - et ce n’est pas le cas - et le soutenir. C’est d’abord pour moi une position de principe. Mais au-delà, il y a une autre raison, de fond celle-ci, qui me conforte dans le fait qu’il est impératif, vital, et peut-être surtout pour un musulman, de soutenir Robert Redeker.
Dans son article publié par Le Figaro, le philosophe pose une question fondamentale : « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? ». Fondamentale, cette question l’est parce que les sociétés, musulmanes ou occidentales, rejetant l’islamisme ainsi que les dirigeants des pays musulmans ou ceux des pays démocratiques ne savent toujours pas quelle attitude adopter face à ce fascisme, qu’est l’islamisme. Force est de constater, en effet, que lorsqu’ils ne sont pas pétrifiés par le phénomène, les dirigeants européens notamment, mais aussi certains « intellectuels », s’accommodent assez facilement de l’intégrisme musulman. Pour peu qu’il soit jugé, par eux, comme « modéré », il n’y a plus alors aucun problème. Pour peu que leur interlocuteur taille sa barbe, laisse tomber la djellaba pour le costard cravate et prétend honnir Ben Laden, cela suffit à certains pour adouber et cautionner les pourfendeurs des principes laïcs.
Lorsqu’un islamiste « modéré » exige d’un maire l’aménagement de plages horaires pour les femmes, il sape les fondements même de la République. Et lorsque le maire accède à sa demande il se rend forcément complice d’un acte ignoble contre la laïcité : faire passer la « loi de Dieu » avant celle des hommes. Lorsqu’un responsable politique soutient une attaque en justice contre la liberté d’expression - comme cela a été le cas lors de l’affaire des caricatures - il se rend complice d’un travail de sape visant un principe fondamental d’une démocratie : la liberté de la presse et le droit - oui le droit - de critiquer les religions et les dogmes, toutes les religions et tous les dogmes.
Ainsi, de ce point de vue, Robert Redeker avait raison de poser sa question à l’opinion publique.
Mais on nous dira qu’il n’avait pas à « insulter » le Prophète. Ou est l’insulte contre Mahomet ? Critiquer, quand bien même d’une manière erronée voire injuste, un Prophète ou bien tuer au nom de ce même Prophète ? Ou est l’insulte contre le Coran ? Dire que le Livre sacré des musulmans est d’une « inouïe violence » ou tuer, lapider et excommunier au nom de ce même Livre pour le rendre d’une inouïe violence. Ou est l’insulte contre l’islam ? Dire que le Pèlerinage à la Mecque met « en scène une foule hystérisée flirtant avec la barbarie », ou faire de la Mecque la base de lancement de cette idéologie fasciste qu’est le salafisme. Ou est l’insulte contre les musulmans ? Leur ouvrir le débat qu’ils n’osent pas aborder eux-mêmes, ou constater la barbarie et la sauvagerie qui s’abat sur le monde devant le silence assourdissant des « dignitaires musulmans ». Ou est l’insulte ? Une tribune d’un professeur de philosophie ou les menaces de mort qui ne cessent de s’abattre sur lui mais aussi sur tout ceux qui osent aujourd’hui parler de l’islam, condamner l’islamisme et dénoncer le terrorisme ?
J’aimerais bien que les musulmans, notamment les religieux, qu’ils soient de la Mosquée de Paris ou de l’UOIF, qu’il soient en djellaba ou en costard cravate, j’aimerais bien qu’ils me donnent une explication claire, cohérente et logique qui me permettrait de dormir en paix et de comprendre leur silence au lendemain des attentats de Londres, Madrid, New York, Charm Echeïkh, Istanbul, Alger, Casablanca, Bali, Djerba et j’en passe. Pourquoi sont-ils si silencieux lorsque des « illuminés », nous dit-on, menacent Redeker et si prompts à poursuivre en justice Charlie Hebdo pour un simple coup de crayon ? Pourquoi organisent-ils, ou laissent-ils s’organiser, des manifestations pour le voile et devenir subitement boiteux lorsqu’il s’agit de manifester contre la barbarie terroriste qui s’applique au nom de l’islam donc en leur nom aussi ? Il est temps de rompre avec les thèses bien-pensantes. Les « musulmans modérés » ou plutôt les musulmans laïcs existent. Mais ils n’existent vraiment que lorsqu’ils exprimeront leur condamnation claire et limpide à l’égard de l’intégrisme qui tue, menace, lapide, harcèle, intimide, viole, pille, violente tout en préférant l’obscurantisme à la lumière, l’archaïsme à la modernité et la mort à la vie.
Si je devais faire un reproche à Robert Redeker, il n’y en aurait qu’un et il n’y en a qu’un, je pense que le philosophe n’a pas le droit de se cacher, n’a pas le droit de délaisser son travail et n’a pas le droit d’avoir peur. Robert Redeker est dans son droit, ce n’est pas à lui de se cacher, c’est aux criminels islamistes. Robert Redeker n’a pas à avoir peur, ce sont les tueurs fanatiques qui devraient comprendre, une fois pour toute, que les femmes et les hommes libres, les musulmans laïcs et tout ceux qui restent attachés aux principes démocratiques et républicains ne comptent pas céder devant leurs lâches intimidations. Des Redeker, il y en a et il y en aura partout. Il y en a en Algérie, il y en a au Maroc mais aussi en France, au Danemark, en Grande-Bretagne, au Pakistan ou en Égypte. Et la résistance à l’obscurantisme ne doit pas cesser. Elle ne cessera d’ailleurs pas. A ce propos, le ministre égyptien de la culture vient d’annoncer que « le port du voile est une régression », ceci au moment où deux députés français comptent proposer des « lois contre le blasphème ». Quel paradoxe, sacré bon Dieu !

Contre la barbarie, le soutien à Robert Redeker doit être sans réserve

Le 20 septembre dernier, le cheikh islamiste Youssef al-Qaradawi livrait Robert Redeker à la vindicte des fous de dieu. Désigné comme islamophobe pour s’être demandé, dans une tribune du Figaro (édition du 19 septembre), ce « que doit faire le monde libre face aux intimidations islamistes », Robert Redeker est aujourd’hui menacé de mort. Victime d’une fatwa, il a été forcé, lui et sa famille, à la clandestinité. Contraint de se mettre sous la protection de la DST, de quitter sa fonction de professeur de philosophie, de changer de résidence tous les deux jours, de faire face aux frais que cette situation peut occasionner, Robert Redeker a vu son existence basculer, et vit désormais en homme traqué.
Car telle est bien la sinistre réalité : du jour au lendemain, un homme se retrouve, de fait, déchu de son statut de citoyen et livré à l’état de nature. Voici un homme qui se trouve dans l’impossibilité de jouir des libertés les plus élémentaires - à commencer par celle de se déplacer. Voici un homme qui se trouve dans l’impossibilité de faire valoir ses droits, car à la barbarie, on ne peut opposer un droit quelconque. Voici un homme, enfin, qui se trouve rejeté de l’espace public et assigné à une existence de fantôme. Il faut, tout de même, se représenter l’effet exorbitant que produit cette fatwa : c’est toute une existence qui est brisée et qui bascule, de façon irréversible, dans la terreur. Etre victime d’une telle fatwa, c’est être un mort en sursis : cela signifie très exactement que la mort peut surgir n’importe quand, n’importe où, sous n’importe quel trait. Cela signifie très exactement que l’autre, celui qu’on croise dans la rue, celui qui sonne à la porte, celui qui passe en voiture, est un assassin potentiel. C’est à cette absolue précarité que se trouvent acculés Robert Redeker et sa famille. Pourquoi ? Pour avoir usé d’un droit constitutionnel, d’un droit pour lequel Spinoza, Locke, Voltaire, et bien d’autres encore, ont combattu, d’un droit que les révolutionnaires de 1789 ont conquis, d’un droit, enfin, que l’on croyait définitivement acquis : le droit de manifester sa pensée et ses opinions.
L’affaire des caricatures de Mahomet, il y a tout juste un an, avait déjà sonné le tocsin. L’affaire Redeker nous rappelle aujourd’hui cette triste évidence : rien n’est jamais acquis. La barbarie n’a pas disparu. Sous la hideuse figure de l’intégrisme religieux, elle impose désormais, sur le sol de la République, le régime de la terreur, et menace la liberté d’expression.
C’est la raison pour laquelle nous tenons à apporter un soutien inconditionnel à Robert Redeker. Exprimer sur cette affaire la moindre réserve, c’est déjà faire une concession à la barbarie. Aussi dénonçons-nous cette rhétorique insidieuse qui consiste à assortir la condamnation de la fatwa dont est victime Robert Redeker d’un « même si » ou d’un « bien que ».
Nous dénonçons les propos de G. de Robien, ministre de l’éducation nationale, qui, au lieu de manifester son indignation face à la barbarie intégriste, a cru bon, après avoir mollement exprimé sa « solidarité », de donner à Robert Redeker des leçons de bienséance.
Nous dénonçons le discours quelque peu dévot de ceux qui soutiennent Robert Redeker du bout des lèvres, pour la forme, parce qu’il faut bien être démocrates, pour mieux se livrer ensuite à une analyse indécente de ses propos. Analyse indécente, en effet : n’est-il pas pour le moins déplacé de disserter, entre gens de bonne compagnie, sur l’article de Redeker quand celui-ci est, de fait, exclu de l’espace du dialogue et réduit au silence ? On ne sait que trop où conduit cette rhétorique insidieuse quand on la pousse jusqu’au bout de sa logique : on en arrive à excuser la barbarie ou, tout du moins, à « comprendre » l’incompréhensible, à savoir qu’un homme puisse mériter d’être condamné à mort pour avoir critiqué une religion.
Nous dénonçons, enfin, cette curieuse conception de la liberté d’expression qui tend à s’imposer aujourd’hui et qui devrait faire la joie des intégristes de tous poils : contrairement à ce que certains sont en train de faire accroire, la liberté d’expression ne s’arrête pas là où commence les opinions des autres. Car, à ce compte, on ne pourrait s’exprimer que sur des sujets absolument consensuels. La liberté d’expression, dans le cadre des lois interdisant les propos racistes et négationnistes, ne saurait se réduire au droit de parler tant que l’autre est d’accord. La liberté d’expression, ne saurait se réduire au droit de tout dire sauf ce qui est susceptible de heurter l’opinion de l’autre, ou sa croyance, ou même sa foi, qui, dans le droit républicain, n’est qu’une des figures possibles de l’opinion. Face à certains commentaires, particulièrement nauséabonds, qui ont pu s’exprimer à propos de la situation de Robert Redeker, il paraît nécessaire de rappeler que le droit de critiquer une religion, un livre sacré, ou un prophète fait partie de la liberté d’expression, au même titre que le droit de critiquer une croyance, un livre, ou une personne quelconques. Appeler au respect des croyances de chacun est une façon d’inviter chacun à l’autocensure. Pire : c’est une façon de donner aux religions un statut particulier, d’en faire une chose intouchable et sacrée. C’est une façon de céder sur le principe de laïcité.
En signant cette pétition, nous souhaitons manifester à Robert Redeker et à sa famille un soutien sans réserve. Nous entendons aussi faire valoir le droit contre le fait, la justice contre l’arbitraire, la civilisation contre la force brutale. Il ne s’agit pas de jouer une civilisation contre une autre : il s’agit de faire valoir la civilisation -dont aucune culture en particulier n’a le monopole- c’est-à-dire les principes de liberté, de droit, et de justice contre la barbarie.

Premiers signataires :
Michel ONFRAY (philosophe), Corinne LEPAGE (présidente de Cap 21), Alain FINKIELKRAUT (philosophe), Yvette ROUDY (ancienne ministre), Bernard TEPER (président de l’Ufal), Pierre-André TAGUIEFF (philosophe), Michèle TRIBALAT (démographe), Alain CALLES (ancien président du Mrap), Nicolas GAVRILENKO (président des Amis de Respublica), Michèle VIANES (présidente de Regards de Femmes), Catherine KINTZLER (philosophe), Mohamed Pascal HILOUT (initiateur du nouvel Islam), Nadia KURYS (vice-présidente du Mrap), Jean-Claude MILNER (philosophe et linguiste), Marie PERRET (philosophe), Simon BLUMENTAL (président d’Algérie Ensemble), Anne ZELENSKY (présidente de la Ligue des Droits des Femmes), Antoine PEILLON (président de France Radicale), Annie SUGIER (présidente de la Ligue Internationale du Droit des Femmes), Catherine KRIEGEL (psychanalyste Paris), Alain VINCENOT (écrivain, auteur de La France résistante), C.E.R.F CERCLE D’ETUDE DE REFORMES FEMINISTES, Martine STORTI (Inspectrice générale de l’éducation nationale), Jean-Claude SANTANA (président de l’Ufal Rhône-Alpes), Robert ALBAREDES (animateur de laïques en réseau), Catherine DEUDON (photographe), Christian GAUDRAY (président de l’Ufal Gironde), Marc KNOBEL (président de j’Accuse), Brigitte BRE-BAYLE (enseignante, Ufal Marseille), Frédéric DUPIN (professeur agrégé de philosophie), Jocelyne CLARKE (enseignante, présidente de l’Ufal Paris), Emmanuel ITIE (syndicaliste CGT), Virginie HERMANT (agrégée de mathématiques), Jocelyn BEZECOURT (site atheisme.org), Jean-Loup BIDOT (professeur de philosophie, Nancy), Hélène LOTTHE (professeur agrégée ès Lettres), Thierry KAKOURIDIS (professeur, Marseille), Sylvie DINSE (professeur de philosophie, Libre Pensée Aveyron), André PERRIN (agrégé de philosophie), Georges TORRES (demandeur d’emploi, Marseille), Lionel AVON (professeur de mathématiques), Liliane CHALON (inspectrice de l’éducation nationale dans le Val-de-Marne), Lisa SCHMITT (féministe), Michel FICHANT (professeur de philosophie à l’Université Paris), Névine MARCHISET (mère de famille), Lucette GUIBERT (militante associative), Philippe RAYNAUD (Professeur à l’Université de Paris 2, Membre de l’Institut Universitaire de France).


Un appel en faveur de Robert Redeker

- Article paru dans Le Monde du 03.10.06

Robert Redeker enseignait la philosophie dans un lycée de la région de Toulouse. Dans Le Figaro du 19 septembre, il signait une libre opinion intitulée : « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? » Accusé d’avoir « offensé le Prophète », Robert Redeker est depuis lors menacé de mort. Comme Salman Rushdie, traqué pendant quinze ans sur toute la planète. Comme Theo Van Gogh, abattu comme un chien le 2 novembre 2004 dans une rue d’Amsterdam.
Les menaces de mort, très précises, contre Robert Redeker, émanant d’organisations de la mouvance d’Al-Qaida, ont été authentifiées par la police française et la DST. Sur leurs sites Internet, les menaces contre Robert Redeker appellent d’ailleurs ouvertement à suivre l’exemple de l’assassin de Theo Van Gogh.
Aussi, depuis la publication de son article, la vie de Robert Redeker a basculé dans le cauchemar. Il la décrit ainsi dans une lettre à un ami : « Je n’ai plus le droit de loger chez moi (sur les sites me condamnant à mort il y a un plan indiquant comment venir à ma maison pour me tuer, il y a ma photo, celle des lieux où je travaille, des numéros de téléphone, et l’acte de condamnation). Mais en même temps on ne me fournit pas d’endroit, je suis obligé de quémander, deux soirs ici, deux soirs là... Je suis sous protection policière permanente. Je dois annuler toutes les conférences prévues. Et les autorités m’obligent à déménager. Je suis un SDF. Il s’ensuit une situation financière démente, tous les frais sont à ma charge, y compris ceux, éventuels, d’un loyer d’un mois ou deux éloigné d’ici, de deux déménagements, de frais de notaire, etc. C’est bien triste. J’ai exercé un droit constitutionnel, et j’en suis puni, sur le territoire même de la République. »
Quel que soit le contenu de l’article de Robert Redeker, il s’agit là d’une attaque extrêmement violente contre la souveraineté nationale. Une menace de meurtre sur notre territoire est formulée en toute impunité, et c’est absolument inadmissible.
Une poignée de fanatiques agite en ce moment de prétendues lois religieuses pour remettre en cause, dans notre pays, nos libertés les plus fondamentales. Cette menace s’ajoute aux murmures que l’on peut entendre ici et là partout en Europe sur les "provocations" qu’il faudrait désormais éviter afin de ne pas froisser de supposées sensibilités étrangères.
Porter des strings à Paris-Plages est déconseillé, tout comme écouter Mozart à Berlin ou le pape à Ratisbonne. Ces murmures sont dictés par la peur, et nous ne l’admettons pas. Pas plus que nous n’admettons les premières déclarations du SNES, syndicat d’enseignants qui se désolidarisait d’un professeur aujourd’hui menacé dans sa vie même.
Les temps en Europe redeviennent durs. L’heure n’est pas à la lâcheté. C’est pourquoi nous en appelons solennellement aux pouvoirs publics afin, non seulement, qu’ils continuent de protéger comme ils le font déjà Robert Redeker et les siens, mais aussi que, par un geste politique fort, ils s’engagent à maintenir son statut matériel tant qu’il est en danger, tout comme les autorités anglaises n’ont pas hésité à le faire durant tout le temps qu’a duré l’affaire Rushdie.
Nous en appelons aussi aux représentants de toutes les religions, et notamment aux musulmans, pour qu’ils placent sous leur protection Robert Redeker comme ils doivent le faire de toute personne menacée dans sa vie.

Alexandre Adler, Laure Adler, Elisabeth Badinter, Pascal Bruckner, Michel Deguy, Raphaël Draï, Roger-Pol Droit, Elisabeth de Fontenay, Alain Finkielkraut, François George, André Glucksmann, Romain Goupil, André Grjebine, Claude Lanzmann et le comité de rédaction de la revue « Les Temps modernes », Corinne Lepage, Bernard-Henri Lévy, Olivier Rolin, Elisabeth Roudinesco, Guy Sorman, Pierre-André Taguieff, Michel Taubmann et la rédaction de la revue « Le Meilleur des mondes », Philippe Val, Marc Weitzmann.


Notes

[1Mohamed Sifaoui est un journaliste algérien, réfugié en France depuis que le siège du journal pour lequel il travaillait a été soufflé par un attentat du GIA. Vicitime de menaces de mort de la part des intégristes islamistes, il a tenu à apporter son soutien à Robert Redeker en signant la pétition initiée par Respublica (lire ci-dessous).


[Haut de la page]     [Page précédente]