Repères
SPINOZA - Étouffer la liberté des hommes aboutit à la décadence de toutes les bonnes et saines habitudes

« Mais admettons qu’il soit possible d’étouffer la liberté des hommes et de leur imposer le joug, à ce point qu’ils n’osent pas même murmurer quelques paroles sans l’approbation du souverain : jamais, à coup sûr, on n’empêchera qu’ils ne pensent selon leur libre volonté. Que suivra-t-il donc de là ? C’est que les hommes penseront d’une façon, parleront d’une autre, que par conséquent, vertu si nécessaire à l’État, se corrompra, que l’adulation, si détestable, et la perfidie seront en honneur, entraînant la fraude avec elles et par suite la décadence de toutes les bonnes et saines habitudes. »

Spinoza, De la liberté de penser dans un État libre (1670), L’Herne, 2007, p. 40-41


[Haut de la page]     [Page précédente]